LA NEIGE ARTIFICIELLE AU SEMNOZ, EST-CE BIEN RAISONNABLE ?

Ainsi donc les élus majoritaires qui pilotent le Semnoz ont décidé de se lancer, à corps et argent perdus, dans la fuite en avant. Non seulement en suréquipant, pour 7 millions d’€, le site avec un nouveau télésiège à haut débit et à grosse emprise environnementale, mais aussi avec l’équipement en neige artificielle par un investissement de 600 000 €.

Nous avions déjà déposé de nombreux arguments contre le projet de télésiège 6 places débrayable, lors de l’enquête publique réalisée en plein été dernier (entre le 15 et juillet et le 15 août !!). Strictement aucun n’a été retenu par le commissaire enquêteur.

Le projet de neige artificielle était déjà présent dans une première version du projet mais devant la levée de boucliers sur cette décision insensée, il avait été retiré. C’était la technique du saucissonnage, bien connue quand on veut faire passer un projet exorbitant : on le découpe en tranches. D’autant plus rapidement que, les jours du Syndicat pour l’Aménagement du Semnoz étant comptés, la gestion du site va être reprise par l’Agglomération élargie. Il aurait sans doute été plus difficile de faire passer la pilule.

Disons le tout net : les élus qui ont pris la responsabilité de mettre en place cet engrenage diabolique ont perdu les pédales, incapables de résister aux pressions et dénués de toute vision d’avenir. Ils s’assoient allègrement sur tous les engagements de développement raisonnable et durable dont ils n’hésitent pas à se prévaloir.

Tout d’abord qui peut penser que 4 enneigeurs mobiles vont pouvoir sauver les saisons d’hiver de plus en plus compromises par le dérèglement climatique et permettre de tapisser de neige même une petite partie du domaine. Ou alors il s’agit d’une stratégie souterraine pour justifier régulièrement l’extension de ce parc, ainsi que l’inévitable retenue d’eau qui sera nécessaire pour alimenter ces canons. D’ailleurs Mr Hérisson annonce déjà la couleur en n’excluant pas la possibilité de « parfaire » l’enneigement pour une compétition sportive« spéciale » !!

Les bonnes paroles qui justifient ces choix (permettre aux enfants et aux scolaires de l’Agglo d’apprendre le ski chaque hiver et sauver 50 à 70% des cours (et des revenus des moniteurs)) relèvent plus du tire larmes que d’une analyse réaliste de la situation. Avec en plus la petite touche « verte » qui annonce 3 km de piste de ski de fond enneigés artificiellement !

D’une part il n’y a pas de justification commerciale à installer un appareil de cette capacité pour quelques journées de pointe dans la saison, et d’autre part la production de neige artificielle est toujours tributaire d’un temps froid qui n’est pas garanti et d’une capacité en eau qui s’épuisera rapidement, à moins là encore de surdimensionner la réserve d’eau, ce qui a déjà été repéré par les responsables de la station. Serait-il vraiment « anti-social » que de vivre au rythme des saisons en ne forçant pas en permanence la nature ?

Au moment on l’on sait que d’ores et déjà les 2 degrés de réchauffement climatique seront largement dépassés, avec toutes les conséquences que l’on connaît, les élus majoritaires donnent une piètre image de leur responsabilité climatique. S’ils ont un tel souci des enfants, ne faudrait-il pas tout d’abord leur apprendre, dans une région aussi riche en loisirs que la nôtre, à se limiter aux activités qui n’accroissent pas encore plus le désastreux bilan carbone. D’autant plus dans une zone de montagne qui devrait être exemplaire sur cette question.

A l’instar des programmes de travaux routiers tous azimuts la course en avant s’accélère. Attention au mur !

Remonter