Elargissement de l’A41, pour nous, c’est non.

Article écrit par Annette Perrier

L’enquête publique sera ouverte jusqu’au 14 décembre. N’hésitez pas à donner votre avis. C’est ici.

Si vous avez un peu de courage, lisez quand même le résumé non technique de l’étude d’impact, 22 pages, c’est faisable.

Si vous avez beaucoup moins de courage, voici quelques éléments à reprendre selon vos choix (extraits des dépositions du Grenelle des Transports et de la qualité de l’air et de la propre déposition de votre serviteur) :

  • En préambule du dossier, il est noté que l’élargissement à 2×3 voies de l’A41Nord entre Annecy et
    Allonzier ne pourra être déclaré d’utilité publique si les inconvénients d’ordre environnemental sont
    démesurés par rapport aux améliorations attendues.
  • L’élargissement prévu risque d’être à reprendre quelques années plus tard. On retrouve cet effet dans tous les projets d’infrastructures routières. C’est assez logique : plus le tuyau est gros, plus le débit sera puissant. Or, cette fuite en avant est impossible, le territoire étant beaucoup trop contraint.
  • Les nuisances sonores seront insupportables pour les riverains qui vont se retrouver avec une voie d’autoroute dans leur jardin.
  • Un autre inconvénient se situe en amont du diffuseur d’Annecy Nord sur le territoire de la commune nouvelle. C’est là qu’ont lieu les bouchons les plus spectaculaires le matin. AREA répondra sans doute que des bouchons à 10km/h sont moins dangereux que des ralentissements à 110. Ils n’en sont pas moins des problèmes graves à résoudre. Or, l’élargissement de l’A41 ne fera qu’ajouter des voitures supplémentaires.
  • QUELQUES REMARQUES SUR L’ETUDE D’IMPACT
    L’étude d’impact d’un projet routier doit entres autres préciser ces différents points :
    -une analyse de l’état initial de la zone et des milieux susceptibles d’être affectés par le projet notamment la qualité de l’air.
    -une analyse de tous les effets à court et long terme du projet sur l’environnement, la santé des populations
    -une analyse des effets cumulés avec d’autres projets connus
    -une esquisse des principales solutions de substitution et les raisons du choix retenu.
    -les mesures prévues pour éviter ou compenser les effets négatifs notables du projet.
  • CONCERNANT L’ETUDE DE SOLUTIONS DE SUBSTITUTION
    La seule solution de substitution envisagée est « de ne pas élargir l’autoroute ».
    Pourtant l’A41 fait partie de l’axe Annecy-Genève et la solution de substitution par le rail : le Léman Express, aurait dû être étudiée et comparée au projet en termes de temps de trajet, de coût et d’effets sur l’environnement.
    Le doublement de l’A41 au nord d’Annecy ne résout rien car il ne s’attaque ni aux bouchons du noeud routier près de l’hôpital, ni à ceux de la douane de Bardonnex. Pire, il va même les amplifier en créant un appel d’air.
    Alors que l’on va proposer 10 pistes routières parallèles le long de Pringy, la voie ferrée reste encore à une seule voie unique.
    C’est pourtant la solution d’avenir. Dès décembre 2019, le train Léman Express reliera une fois par heure Annecy à Genève en une heure de trajet. Mais en doublant la voie ferrée, on pourrait offrir un train chaque 15 mn permettant de rejoindre Genève en 45 mn depuis le centre d’Annecy avec arrêts à Pringy et Groisy.
  • Je demande que l’alternative, le non-élargissement, soit retenue avec un projet de construction de parkings de co-voiturages en ouvrage aux 3 entrées de l’autoroute (Annecy Sud et Nord et St Martin). Car la situation est actuellement inacceptable et rien n’est prévu pour y remédier.

Un commentaire pour “Elargissement de l’A41, pour nous, c’est non.”

  1. Un élargissement de cette autoroute me semble en contradiction avec la nécessité de préserver un environnement qui constitue une des principales richesses de cette région,de tout mettre en oeuvre pour que les énergies non renouvelables soient protégées, et avec l’extrême difficulté de circulation à la frontière suisse.
    Il semblerait plus cohérent de créer un parking de covoiturage beaucoup plus fonctionnel à l’entrée de l’autoroute, et d’insister sur le besoin pressant de moyens de transport plus fréquents et rapides (train et cars).

Remonter